Les négociations entre la délégation gouvernementale et le (SLECG) Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée autour des 8 millions comme salaire de base de ce jeudi 15 novembre 2018, à la BCRG (Banque Centrale de la République de Guinée), est encore reportée à une date ultérieure. Ce report fait suite à l’absence de la délégation gouvernementale sur la table de négociations.

Selon Mohamed Bangoura chargé de communication du SLECG, la délégation gouvernementale était attendue dans la salle depuis 14h c’est-à-dire jusqu’après le conseil des ministres. Mais malheureusement ils ont brillé par leur absence.

Interrogé par la presse, il dira que : qu’ « Hier ce fut la toute première rencontre ici dans la salle de conférence de la Banque Centrale de la République de Guinée entre la partie syndicale et le gouvernement. Mais très malheureusement, la partie gouvernementale a demandé à ce que l’on se retrouve aujourd’hui, dès après le conseil des ministres. Vous avez constatez la présence ici de tous les camarades syndicalistes du bureau exécutif national du SLECG, ainsi que du bureau exécutif national de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) »

Selon Mohamed Bangoura l’attente a trop durée « Depuis 15 h nous sommes dans cette salle de conférence, nous attendons la venue des membres du gouvernement, mais très malheureusement le conseil des ministres continu toujours. Ce qui nous oblige de se retirer de de se replier vers le siège du Syndicat libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée et attendre le coup de fil ici venant de la partie gouvernementale pour l’ouverture à proprement parler de ces couloirs de négociations autour du salaire de base minimum de 8 millions de francs guinéens. Donc quel que soit l’heure, quel que soit le lieu, le SLECG accompagné de l’USTG est disposé à négocier ».

Mais malgré tout, il affirme la volonté du SLECG d’être prêt aux négociations « Mais chose que vous devez retenir, c’est que quel que soit le temps, quel que soit le lieu, ou encore l’heure, le bureau exécutif national et l’USTG seront présents dans la salle de conférence pour l’ouverture des couloirs de négociations. Mais la grève reste et demeure, la grève est continue ».

M Y

africatribune.net